Les mots de la mémoire

Raviver la mémoire

A l’heure où le racisme et l’antisémitisme semblent s’épanouir dans notre société, il est de notre devoir de raviver la mémoire de chacun et d’informer nos enfants sur les conséquences de la montée des nationalismes et des discriminations.

Ainsi, même si nous avons débattu avec les élèves sur la question des Ouighours aujourd’hui et fait un constat d’impuissance de la communauté internationale, les élèves de 2nde A, souhaitent à l’image du colibri, apporter de petites gouttes d’eau pour contribuer à lutter contre le feu dans la forêt.

« Aussi longtemps qu’on s’entend, qu’on partage, on vit ensemble » écrivait Simone Veil. 

Comment évoquer la mémoire ?

Aujourd’hui, comment enseigner la Shoah alors que les témoins disparaissent ? Comment évoquer le génocide arménien en 15 min comme le prévoit le programme scolaire? Comment parler du génocide rwandais alors qu’il n’est au programme que des options géopolitiques ?

C’est en écoutant la diaspora des cendres de William Karel que j’ai réalisé que malgré le confinement je pouvais participer au prix Gilbert Dru. Fabriquer un documentaire audio, dans lequel les élèves liraient des témoignages à destination de l’ensemble de la communauté éducative de l’établissement.

 

Participation au prix Gilbert Dru

La participation au prix Gilbert Dru vient clôturer un projet d’une année basée sur la mémoire. Effectivement nous avons eu la chance de recevoir en nos murs le témoignage de Benjamin Orenstein, en octobre 2020. D’accueillir Élisabeth Combres pour parler de son roman sur le Rwanda, et essayer de comprendre à travers un récit de fiction l’histoire dramatique de cette ancienne colonie qui s’est réveillée un jour face à la folie meurtrière d’une partie de sa communauté. Enfin nous avons visité la prison Montluc pour comprendre l’enjeu de la mémoire.

Ce projet interdisciplinaire couple l’histoire-géographie (pour les recherches et la compréhension du contexte) et le français (pour la rédaction et l’éloquence).

Les élèves souhaitent que leur projet soit largement diffusé au sein de l’établissement, pour sensibiliser leur 830 camarades ce qui sera fait par leur professeur d’histoire-géographie et présenté par un élève de la classe. Nous sommes dans un lycée technologique et professionnel ce qui permet de diffuser des idées de tolérance et d’humanité au-delà des clivages sociaux et politiques. L’objectif est de sensibiliser l’ensemble de la communauté scolaire au vivre-ensemble et de ne jamais perdre de vue le risque que la haine nous submerge. De plus ils souhaitent le déposer sur la chaine YouTube du lycée et sur Spotify.

Déroulement du projet :  

Les élèves sont informés du projet de participer au prix Gilbert Dru, ils sont particulièrement intéressés et débordent d’idées. Nous sommes au retour d’une longue période de cours à distance et il nous reste peu de temps pour monter un projet. Ils sont d’accord pour parler des génocides car c’est le thème sur lequel nous avons travaillé toute l’année. Ils proposent de faire la lecture de témoignages de chacun des génocides du XXe siècle.

Nous formons six groupes d’élèves qui travaillent chacun sur une partie du documentaire. (Introduction, choix des textes, conclusion).

Sept élèves souhaitent s’occuper de la lecture et du montage du document audio. Ils choisissent un logiciel et sont en complète autonomie pour la réalisation.

La réalisation prendra trois heures, nous diffusons le document dans un premier temps par clé USB et passons dans les différentes classes. Puis nous demandons à la personnes en charge de la communication du lycée de diffuser ce document sur le site de l’établissement et la chaine YouTube et Spotify. Le projet est bien accueilli par l’ensemble des classes destinataires. Les élèves sont déçus car certains sont déjà partis en stage mais ce n’est que partie remise car nous pourront leur présenter à la rentrée en septembre.

Ce projet a permis de terminer l’année sur une action collective portée par les élèves de seconde.

Elodie Verdure

Découvrir le projet audio

 

Autres communications